PROJET MACHU : MOBILISONS-NOUS ENSEMBLE

Mobilisons-nous ensemble pour préserver notre environnement

Le cadre de vie passe aussi par la préservation de l’environnement. Dans le dernier numéro de Regard sur Cabourg, vous avez déjà pu découvrir l’engagement de Tristan Duval, Maire de Cabourg, contre l’immersion des sédiments du port de Rouen. La Fédération des associations pour la Protection de l’Environnement, du Patrimoine, du Littoral de la Côte Fleurie Sud et de son Pays d’Auge est entièrement investie dans la lutte pour la préservation de notre environnement et de notre santé par rapport à ce projet. Rencontre avec Patrick Terroir, président de la Fédération, pour un état des lieux de ce dossier inquiétant pour tous les résidents de la Côte Fleurie.

QUEL EST LE BUT DE LA FÉDÉRATION ?

Créée en 2016, la Fédération des associations pour la Protection de l’Environnement, du Patrimoine, du Littoral de la Côte Fleurie Sud et de son Pays d’Auge vise à réunir, sur le territoire de la nouvelle intercommunalité, les associations ayant pour objet la mise en valeur et la protection du patrimoine, la protection de l’environnement et l’amélioration du cadre de vie environnemental. 

POUR CEUX QUI DÉCOUVRENT LE SUJET, EN QUOI CONSISTE LE PROJET MACHU ? 

Les dragages effectués par le Grand Port de Rouen ont antérieurement été enfouis dans la Manche, sur le site KANNIK aujourd’hui saturé. En conséquence, le Grand port de Rouen entend immerger ses rejets pollués sur un nouveau site dit MACHU, situé à 17 km de la Côte Fleurie, qui recevrait le considérable volume de 90 millions de mètres cubes de sédiments souillés en 10 ans ! 

OÙ EN EST CE PROJET AUJOURD’HUI ? 

Une enquête d’utilité publique s’est déroulée sur le littoral en octobre 2016. Malgré 79 % de réponses négatives, la Commission d’enquête publique a donné un avis positif au projet. L’État (qui participe d’ailleurs à la gestion du Port de Rouen) peut donc donner son feu vert à tout moment. 

EN QUOI LE PROJET MACHU EST-IL DANGEREUX POUR L’ENVIRONNEMENT ET POUR LA CÔTE ?

Le dépôt en mer n’est autorisé que pour les « sédiments » c’est-à-dire des matériaux naturels. Les rejets de dragages sont des boues polluées qui doivent être retraitées à terre selon la réglementation car elles présentent des dangers pour la faune marine et la santé humaine. Plusieurs dépassements de seuils de toxicité ont été constatés lors des déversements expérimentaux effectués par le Port de Rouen, par exemple sur les étrilles et les tourteaux. En outre, selon les études du Port lui-même seuls 60 % des déchets seront stabilisés sur le site MACHU. Le reliquat, soit 34 millions de mètres cubes, sera dispersé par les courants et aboutira sur nos côtes et même sur la zone Natura 2000 comme la carte marine Nautica 526 le montre clairement. Il en résultera une pollution des eaux de baignade et de nos plages, voire leur déclassement.

QUEL RÔLE ALLEZ-VOUS JOUER POUR PRÉSERVER L’ENVIRONNEMENT ? 

Dès octobre 2016, la fédération a publié ses études lors de l’enquête publique, organisé des conférences de presse, saisi la Ministre de l’environnement, alerté les maires qui très majoritairement ont partagé sa manière de voir. Elle s’est rapprochée d’autres fédérations : le GRAPE et l’Union des Rives de la Touques (union d’associations entre Villers et Trouville). Sur le plan juridique notre fédération a saisi Maître Corinne Lepage, laquelle a démontré l’illégalité du projet par un courrier circonstancié adressé à la Préfète de Région.

QUEL RÔLE PEUT JOUER LA VILLE DE CABOURG POUR CONTRER CE PROJET ?

Cabourg a évalué sans délai les nuisances environnementales et économiques. Nous espérons qu’à son exemple toutes les communes se mobiliseront. S’il advenait que la Préfète de Région autorise malgré tout le projet, un recours devant le tribunal avec l’engagement des communes deviendrait indispensable. 

COMMENT CHAQUE CABOURGEAIS PEUT-IL APPORTER SON SOUTIEN?

Chacun a la responsabilité de s’opposer à cette importante pollution annoncée. À titre d’exemple, nous enjoignons les cabourgeais à signer la pétition du GRAPE sur le site : 

www.change.org/p/non-la-baie-de-seine-n-est-pas-une-poubelle-non-aux-dragages-incessants 

QUELLES SONT LES ALTERNATIVES POSSIBLES À CE PROJET ?

La règlementation privilégie le retraitement de sédiments pollués à terre, pratiqué par plusieurs ports européens et français dont Dunkerque. Cette méthode induirait d’ailleurs des créations d’emplois. Mais elle n’a pas été retenue, les déversements en mer étant bien moins onéreux !

Cabourg Projet Machu